Analyse des dépendances des patients
Principe général

 
Tableaux de bord automatiques Pendiscan

 
Accueil
 
   

Principe général du Pendiscan

 


Le Pendiscan a pour objet de décrire rapidement les lourdeurs des prises en charge des patients dans tous types d’unités de soins, à n’importe quel moment.

Il se fonde sur les résultats de nombreuses analyses sur l'autonomie/dépendance des patients présents, réalisées depuis plus d'une décennie dans les unités de soins de médecine, de chirurgie, de psychiatrie, de moyens et longs séjours, etc... , de grands ou de petits établissements.

Ces analyses montrent qu'il convient de séparer nettement les concepts universels, d'autonomie et de dépendance, quels que soient le type et le lieu de soins. Le Pendiscan ne mesure que la dépendance, c'est à dire les relations soigné - soignants.

Le Pendiscan ne nécessite que la collecte de trois données par patient : les niveaux de dépendance vis-à-vis des actes de la vie courante, des actes techniques et des actes relationnels (ces trois types de dépendance ne sont en effet pas corrélés) ; les niveaux de dépendance simplifiés et proposés ont subi tous les tests de validité et de fiabilité.

 
Cette collecte d’information demande moins d’une minute par patient.
 
En ajoutant le nombre d'agents par catégorie, présents dans l'unité de soins étudié et pour un jour donné, le Pendiscan calcule automatiquement la variation des charges de travail liées aux soins directs.

Il s’agit d’une mesure à interprétation "semi-algorithmique" : en effet, les analyses montrent que l’on peut admettre une relation significative entre les variations des charges en soins directs et celles du nombre de patients présents pour les niveaux faibles et moyens de dépendance ; en revanche, pour les niveaux importants et très importants, la relation n'existe plus (relations aléatoires), et ce quel que soit le type de dépendance, d'où des graphes à deux dimensions (en abscisse: variation du ratio patients lourds et très lourds / agents présents; en ordonnée: variation du ratio patients légers et moyennement lourds / agents présents).
Par interprétation "semi-algorithmique", nous entendons le fait que les graphes montrent d’un côté, des situations qui ne souffrent pas d’ambiguïté et pour lesquelles les interprétations et les décisions peuvent être automatiques, et de l’autre, des situations qui nécessitent des interprétations collectives sur place. Le Pendiscan n’est donc pas un outil presse-bouton.